Accueil

Caractéristiques

Santé

Alimentation

Savoir parler chien

Les interdits

Le territoire

Portées

Savoir vivre






Bien communiquer avec son chien

Cela peut sembler une niaiserie d'apprendre à communiquer avec son chien et pourtant, tous les maîtres attentifs vous le diront, un animal « parle » s'exprime, vous transmet des messages. Les modulations de la voix permettent déjà de comprendre certaines choses. Tout le monde reconnaît le chien « qui pleure ».

Ses petits gémissements aigus, en forme de plaintes répétées, mais brèves, sont significatifs.

N'oubliez pas que le chien est une sorte d'enfant, et ses « pleurs » sont un moyen de vous faire partager son état d'âme, C'est souvent un signe d'ennui, un besoin d'attention, un désir de partager votre occupation du moment. Si les « pleurs » se prolongent plus longuement, avec une plainte plus prononcée, c'est généralement un signe de douleur chez le chien. Ceci s'accompagne le plus souvent d'un fort halètement qui doit vous mettre en alerte.

Le chien sait aussi très bien communiquer sa joie par la voix. Il se lance alors dans des roucoulements de gorge très modulés, accompagnés bien sûr de démonstrations physiques classiques de son enthousiasme. Bondissements, redressement sur les pattes arrière, bonds, etc. L'erreur habituelle consiste à ne pas accorder trop d'attention à ces débordements.

C'est Pourtant le moment idéal pour jouer avec son compagnon, chahuter avec lui, le flatter et lui parler. Il ne faut toutefois pas aller trop loin dans l'anthropomorphisme et il est vrai que l'aboiement du chien n'a rien d'un langage réel. C'est sa manière à lui d'avertir, de lancer un défi, voire de montrer son agressivité. En aucune manière, il n'y a vraiment de code dans le jappement et il n'y passe pas un message de grande précision. Que le chien aboie pendant une ou deux minutes, le résultat est le même. C'est dans la modulation des sons qu'il faut chercher à interpréter les messages.

Par exemple, un aboiement franc, clair, vigoureux, n'est qu'un Signe d'alerte. On le constate lorsqu'on passe en face d'une propriété, sur le trottoir d'en face. La distance est suffisamment importante pour que le chien ne se sente pas menacé. Traversez la rue et approchez-vous du portail. Les aboiements seront les mêmes, mais ils vont être complétés par des grognements. C'est un Signe d'agressivité de l'animal. Il vous dit clairement : « Si tu passes la frontière de la grille, gare à toi » Le message est d'ailleurs suffisamment clair (y compris pour les non-initiés) pour que personne de sensé ne passe outre.

Le plus amusant consiste à essayer de dialoguer avec son chien. Beaucoup de maîtres y parviennent très bien, le chien répondant par un ensemble de grognements, de cris et de bruits de gorge aux mots qu'on lui dit. Le plus souvent, il ne fait qu'exprimer sa satisfaction. Il sait parfaitement que vous vous adressez à lui et il est heureux de cette attention. Va-t-il chercher à imiter certains de vos sons, comme pour vous faire une réponse ?

Certains maîtres en sont persuadés. Soyons toutefois plus réservés, mais force est de constater que plus votre phrase est courte, plus le chien raccourcit sa réponse, et vice versa. Autre chose amusante et étonnante, le chien va moduler ses « phrases » en fonction de votre intonation. Soyez tendre et doux, et il se met presque à ronronner. Reprenez un ton plus dynamique et le voilà qui change complètement. C'est ce qui amène à penser souvent que l'animal comprend et qu'il vous le fait savoir.

Certains chiens ne savent pas aboyer. C'est le cas du Basenji (sa voix est plutôt comme une plainte) et de la plupart des chiens nordiques (ils émettent un hurlement modulé).

Le hurlement est d'ailleurs un autre moyen d'expression du chien. Il l'emploie rarement, mais il a une signification bien particulière. C'est généralement un signe de désespoir complet qui se manifeste chez les animaux gravement malades, ou les bêtes martyrisées et enfermées.

Mais le hurlement (on dit que le chien hurle à la mort) peut être un Signe avertisseur d'un danger. On l'a souvent constaté avant des tremblements de terre ou autres catastrophes naturelles, comme SI un « sixième sens » venait avertir l'animal du danger. Il faut constater que le hurlement est souvent repris par les chiens du voisinage, ce qui provoque un concert lugubre qui a engendré jadis de nombreuses légendes, dont celle du terrible loup-garou. Il est vrai que le chien hurlant émet un son qui rappelle de beaucoup celui des meutes de loups.

Le jappement est aussi une expression vocale très caractéristique chez le chien. Son clair ct bref, mais répétitif, il est surtout émis par l'animal joyeux ou excité. On le retrouve chez les chiens de meute lorsqu'ils sont sur la piste du gibier.

Enfin, il faut savoir que selon les races, les chiens seront plus ou moins bruyants.

Les Terriers, par exemple, sont des chiens qui donnent de la voix à tout bout de champ. Mais le champion incontesté est sans aucun doute le Finnish Spitz qui sait s'exprimer avec une précision remarquable. Ce chien est utilisé pour la chasse au coq de bruyère en Finlande. Les meilleurs chasseurs savent, uniquement selon la modulation de leur chien, ce qui se passe exactement pendant la quête du gibier.

Côté races silencieuses, les grands Lévriers, le Chow-Chow, et bien sûr le Basenji sont les plus remarquables. Enfin, notez le son très particulier (une sorte de ronflement) émis par le Carlin lorsqu'il est excité.

La voix n'est pas le seul signe d'expression du chien. On peut même dire qu'elle est secondaire. C'est par ses expressions que votre compagnon va vous communiquer ses émotions. Le chien dont les oreilles s'abaissent (ou se tirent en arrière), qui se ramasse sur ses pattes, et met la queue entre les jambes ou bien pendante est un animal apeuré. Le poil hérissé sur l'échine et le cou indique une agressivité, le chien qui s'allonge sur le dos, les pattes en l'air indique sa soumission et sa prédisposition au jeu.

Il n'est pas toujours très facile de bien définir ces expressions et surtout de les traduire avec justesse. C'est le cas avec la découverte des dents. Les babines nettement retroussées avec la présentation des crocs annonce l'agressivité. Généralement, le chien est arc-bouté et grogne. Mais très souvent, on constate une sorte de « rictus d'accueil » chez les chiens.

Alors les canines sont moins découvertes, et l'on peut plus rapprocher cette attitude d'une grimace, parfois impressionnante quand même...

Certains maîtres pensent que leur chien sourit.

On peut en effet remarquer chez certains sujets la découverte des dents à la commissure des lèvres. Mais c'est bien connu, le rire est le propre de l'homme, et un chien « souriant » fait en réalité acte de soumission, aussi bien en face d'un congénère que de son maître. Notez toutefois que ce comportement n'est pas général. La soumission se traduit habituellement par l'ouverture à moitié de la gueule.

Toutes ces considérations ne peuvent être généralisées et c'est un ensemble de petites choses qui vous fera comprendre progressivement votre chien. En fait tout maître sait parler chien, sachant qu'aucun chien n'a le même langage.

C'est aussi l'association de caresses et autres contacts corporels qui permet de bien définir les besoins de l'animal et de comprendre ses attitudes.

Plus vous serez expansif, dynamique et proche de l'animal, et plus il saura vous exprimer sa joie de vivre et ses sentiments.

Attention aussi quand plusieurs chiens vivent sous le même toit, il va s'instaurer une hiérarchie de meute avec un dominant et des dominés comme le précise le site éducatif pour les animaux. Cette domination n'a rien à voir avec la force et la taille. On a vu des Teckels dicter leur loi à des Dogues Allemands. Très souvent, le nouveau venu prend naturellement la position de dominé. Dans le cas inverse, il va se créer un conflit qui peut être très violent (surtout entre mâles) et doit vous inciter à séparer les individus afin qu'ils occupent chacun un territoire différent.











 







 

Webmaster Cavalier King Charles © 2016