Accueil

Caractéristiques

Santé

Alimentation

Savoir parler chien

Les interdits

Le territoire

Portées

Savoir vivre






L'alimentation du Cavalier King Charles

L'alimentation dite de «croissance» a pour but de doter le chiot d'une solide charpente ; or, les os sont constitués d'une trame de protéines qui renferme du calcium, du phosphore et d'autres éléments ; donc l'alimentation de votre chien devra présenter un rapport phosphocalcique adéquat et contenir des protéines de qualité et en quantité suffisante.

Alimentation traditionnelle du chiot

L'alimentation traditionnelle, c'est-à-dire celle que vous préparez vous-même, doit comprendre : 50 % de viande (bœuf surtout), 25 % de légumes (navets, carottes, salade cuite et autre légumes verts) ; 25 % de céréales (pâtes. riz).

Voilà pour les proportions, mais il faut aussi tenir compte de la qualité des aliments. Ils doivent être composés de produits frais à base d'ingrédients de premier choix; les protéines notamment doivent avoir une haute valeur biologique, afin d'être digérées et assimilées très facilement par le chiot.

Quant à la quantité de nourriture à lui donner elle varie selon sa taille, On peut considérer que chaque composante de cette alimentation (viande, légumes, céréales) doit être donnée à raison de 15 à 20 grammes par jour et par kilo du poids de l'animal.

Dans le cas des races de grande taille, cette quantité sera de 10 à 15 grammes par jour et par kilo; pour les petites races, elle atteindra 20 grammes. On peut s'étonner au passage qu'un petit chien doive manger plus qu'un grand, mais il ne faut pas oublier que la ration est fonction du poids par kilo.

Entre 2 et 6 mois, cette nourriture sera administrée en deux ou — plutôt deux pour les petites races, trois repas quotidiens contre trois pour les grandes. On peut commettre une erreur d'appréciation en ce qui concerne la variété de cette nourriture.

Les diététiciens nous incitent, nous autres humains, à varier nos menus quotidiens, ce à quoi nous sommes portés, par nos habitudes et nos goûts. Pour le chiot, changer sa nourriture chaque jour est à déconseiller et il en est de même pour le chien adulte. En effet, la flore intestinale du chien, c'est-à-dire les bactéries qui vivent dans son intestin, exigent une constance de l'alimentation, puisque celle-ci doit être impérativement et soigneusement dosée.

L'alimentation traditionnelle exige qu'on y ajoute sous forme de poudre ou de comprimés d'énormes quantités de calcium-élément par kilo de poids de l'animal. Autrement dit, la moitié de ce poids doit être donnée à chaque ration alimentaire, dans le cas de deux repas quotidiens. En fait, une telle quantité correspond à peu près à une boîte de comprimés de calcium, suivant les produits... pour un être humain !

Bien qu'il soit moins important que chez l'homme, le taux de vitamine D (pour la croissance) est à surveiller, de même que la vitamine A (pour la peau et la vue).

Une bonne pâté équilibrée

On ajoutera à la ration de la super levure, qui contient notamment les vitamines du groupe B. Cette super levure est nécessaire à la bonne santé du chiot, surtout pour les races à poil long.

Enfin, les matières grasses, sous forme d'huile végétale crue, telles l'huile de maïs, de tournesol, etc. sont également indispensables au pelage. Cette huile sera donnée à raison d’une cuillère à café ou d'une cuillère à soupe par jour selon la taille.

L'avantage de l'alimentation traditionnelle, c'est la qualité et la fraîcheur des matières premières que vous utiliserez, De plus, la viande est très attrayante pour le chiot qui en est gourmand et se plaît à la mastiquer.

Mais cette alimentation a des inconvénients pour le maître. Elle demande du temps et revient assez cher.

D'autre part, il est difficile de réaliser dans la pratique quotidienne, une ration équilibrée et surtout d'y ajouter la quantité désirable de calcium, Le goût de celui- ci ne plaît pas à tous les chiens et il peut même provoquer de la diarrhée chez les races de grande taille.

Le chiot présente le même caractère capricieux et roublard de nos enfants : il «trie dans son assiette», mange la viande et dédaigne les légumes !

Si vous pouvez morigéner votre gamin, à table, en lui représentant son assiette, et l'obliger moralement à «tout manger», n'essayez pas de le faire avec votre chiot ; vous n'auriez aucune chance de succès !

En bref, l'alimentation traditionnelle, la nourriture «maison», n'est à recommander que si vous êtes sûr de pouvoir équilibrer et stabiliser les rations et si le chien supporte les importantes quantités de calcium qui lui sont nécessaires.

Alimentation préparée du chiot

Il faut entendre par alimentation préparée, les aliments pour chiens fabriqués industriellement, dont la publicité n'a cessé de se développer depuis des années et qu'on achète en allant faire ses courses dans un supermarché, des boutiques spécialisées ou chez le vétérinaire.

Elle existe sous forme de boîtes ou de croquettes. Si elle est correctement choisie, elle présentera tous les avantages. Vous n'aurez pas à vous transformer en cuisinier soumis à des recettes implacables ou en chimiste manipulant ses cornues.

Pour les chiots, il existe des aliments spéciaux nécessaires à leur croissance. Ils contiennent un fort taux de protéines (de 25 à 31 %) et de calcium.

Là aussi, la qualité de ces protéines est très importante.

Malheureusement, dans le cas de produits de grande distribution, il est difficile pour l'acheteur d'obtenir des informations précises. Que l'on n'oublie pas, en tout cas, que cette qualité en protéines est plus grande dans la viande de bœuf ou de poulet que dans les abats ou autres sous-produits.

Une question se pose quant à cette alimentation : vaut-il mieux donner des boîtes ou des croquettes ?

Pour les très jeunes chiots (de 3 semaines à 3 mois) ou les petites races, les boîtes sont préférables, car les croquettes seraient trop dures pour eux. A l'âge de 3 mois, au contraire, les croquettes sont à conseiller, si toutefois votre chien les apprécie.

En fait, la nourriture en boîtes ou les croquettes ont les mêmes qualités nutritionnelles. Mais pour les grandes races, les croquettes sont plus pratiques et plus économiques.

En effet, par jour, un berger allemand de 20 kilos «demande» un kilo d'alimentation traditionnelle ou un poids équivalent en boîte de bonne qualité. Si vous le nourrissez de croquettes, il lui en faudra de 40 à 50 grammes journaliers par kilo de son poids (dans le cas de croquettes «bas de gamme», c'est-à-dire moins riches), mais seulement 15 grammes s'il s'agit de croquettes très concentrées.

En conclusion : l'alimentation préparée «haut de gamme» est la meilleure solution, qu'il s'agisse de boîtes ou de croquettes. Ce type de nourriture est d'une excellente digestibilité. Elle n'entraîne que très rarement des problèmes de cet ordre. Si ceux-ci se manifestent, ce sera en raison de l'absorption d'un autre produit ou de la présence de vers.

Chez un chiot en bas âge, il est fondamental d'éviter les dérèglements digestifs, car il risque de se déshydrater rapidement avec de graves conséquences.








 







 

Webmaster Cavalier King Charles © 2016